Tapis de yoga : L'histoire d'une icône


Le tapis de yoga est un véritable symbole du yoga moderne. On en trouve de toutes les tailles, de toutes les épaisseurs et ils se déclinent dans toutes les couleurs de l'arc-en-ciel . En pvc ou en liège éco-friendly, le tapis est la véritable star de la discipline et ce n'est pas les fabricants de tapis qui diront le contraire. Chaque année, des milliards de tapis sont vendus à travers le monde. Un yogi sans tapis c'est comme un vendredi sans apéro! Shocking!


Un hommage à l'icone du yoga


Si aujourd'hui le but du tapis de yoga est de rendre la pratique des postures plus sûres et confortables, les anciens utilisaient les tapis à des fins méditatives. Le matériau du tapis avait des propriétés énergétiques qui favorisaient l’introspection. Le tapis de yoga s’est adapté au fil du temps, à la manière de pratiquer le yoga et aux ressources disponibles.


Les premiers tapis de yoga : une fabrication 100% naturelle et artisanale



anciens yogis sur leur tapis de yoga en peau de tigre
L'ancêtre du tapis de yoga pvc : la peau de tigre et d'antilope

On retrouve les premières mentions de ce qui ressemble aux premiers tapis de yoga dans la Svetasvatara Upanishad écrit entre -400 et -200. Le yogi doit s’asseoir confortablement sur une peau de tigre ou d’antilope, placé sur l’herbe sacrée kusha. Plus tard la baghavad gita (XVe siècle), précise que : ‘ le yogi doit s’asseoir dans un espace propre, sur un siège ferme, pas trop haut, ni trop bas, avec un linge en coton, une peau d’antilope et l’herbe de kusha.’ Simple et écolo.


Cependant, il faut noter qu’à l’époque, le yoga est surtout une pratique méditative. Le yogi ne pratiquant pas de posture, il n’a pas de problème d’avoir les mains qui glissent dans un chien tête en bas ou souffrir dans le pigeon en sentant son genou écrasé sur le plancher. Après une séance d’une heure de vinyasa, cette installation a peu de chance de survivre et risque de ressembler à un champ de bataille.

De -200 jusqu’au XVIIIe, les besoins du yogi sont tout autre. Son siège (ou asana) doit être confortable pour favoriser la méditation. Son derrière doit être isolé du sol humide pour éviter d’attraper froid ou de se faire grignoter par les insectes. Pour remédier à ce problème, on utilise un tas d’herbe du kusha. Cette herbe sacrée, est reconnue pour ses qualités purifiantes. Elle est également un très bon isolant contre le froid et l’humidité. Le yogi dépose ensuite un linge en coton et une peau de bête, le plus souvent une peau d’antilope ou de tigre sur laquelle il s’assoit. La superposition de kusha, du linge et de la peau d’antilope fait l’effet d’un coussin et offre un certain confort qui permet au corps de se détendre et à l’esprit d’être tranquille. Déjà à l’époque, on recherchait son confort avant tout.


Le tapis génère de l'énérgie et favorise la méditation


Le tapis n’est pas choisi seulement pour son aspect confortable. Mais, il aurait également des vertus énergétiques. Ainsi, on ne tue pas un animal pour en faire un tapis. Ceci serait contraire à la règle d’ahimsa (non-violence). Pour respecter cette règle et faire plaisir à Brigitte Bardot, on choisit un animal déjà mort de cause naturelle. La peau d’antilope est la préférée des yogis. L’énergie de cet animal est considérée sattvic, elle est pure et conduit à la tranquilitée et la paix de l’esprit. D’un point de vue symbolique, l’antilope est comme son esprit, difficile à contrôler. S’asseoir sur une peau d’antilope devient le symbole de sa capacité à contrôler son esprit. Le but même du yoga.


Le texte tantrique Purascaranacandrika, inclus un certain nombre de versets sur la qualité d’un tapis de yoga. Dans ce contexte le tapis n’est pas destiné à un usage postural mais plutôt à l’usage de rituel tantrique. On peut ainsi lire que la peau de tigre apporte le succès, un tapis en tissu détruit les maladies, un tapis en soie est nourrissant, et un en laine soulage de la souffrance. Dans un rite pour paralyser l’autre, on s’asseoit sur une peau d’éléphant et on préfère une peau de buffle dans les rites en lien avec la mort. Pour subjuguer, on utilise une peau de rhinocéros, pour pacifier on utilise la peau de vache. Attention, pour les chargés de famille, il est fortement déconseillé de s’assoir sur une peau d’antilope. Le risque étant de se désintéresser de son devoir familial et de s‘abandonner à la spiritualité à temps plein.


A l’inverse, les textes de hatha yoga ne donnent pas ce genre d’instruction. On recommande de s’asseoir sur une plateforme ni trop haute (pour éviter les risques de chute), ni trop basse, histoire d’être suffisamment isolé du sol, d'y poser de l'herbede kusha,un linge en coton et une peau d'animal (le plus souvent l'antilope ou le tigre).


Le tapis de yoga 2.0


Le yoga postural se développe en occident au début du XXeme siècle. L'aspect méditatif du yoga laisse sa place aux postures qui s’enchaînent à un rythme parfois endiablé, les pratiquants transpirent et glissent, les parquets ont remplacé les sols naturels, les tigres et les antilopes ne courent pas les rues de Paris, Londres ou New-York et la natte en coton tressé n’est pas non plus très confortable pour une pratique physique. Si dans les premières années du yoga en occident, les pratiquants étaient à même le sol, ce n’était pas toujours bien confortable. Il faut une solution adaptée au yoga nouvelle génération.


Il faut attendre 1982, pour voir apparaitre le prototype de nos tapis de yoga. C’est la professeure de yoga Angela Farmer qui a l’idée d’utiliser un sous-tapis antidérapant, coupé à la taille d’une serviette. Plus tard, son père fabriquera les premiers tapis de yoga en pvc antidérapants.


Montre-moi ton tapis et je te dirais quel yogi tu es


Avec le tapis en pvc on ne glisse plus, mais il est toxique et polluant. On recherche alors des matériaux éco-friendly, comme la fibre de jute, très robuste ou le liège avec lequel plus on transpire et moins on dérape. Les tapis plus épais sont molletonnés, absorbants et donc recommandés pour le yin yoga. Ils offrent cependant moins de stabilité dans les postures. Pour les Ashtangis ou autres fans de yoga dynamique, un tapis lisse, antidérapant et moins épais est plus approprié.

Aujourd’hui, les tapis de yoga se vendent par millions, on les trouve en pvc (plus économique, mais moins écolo), en jute, en coton ou en caoutchouc, fin ou épais, colorés, avec ou sans motifs. Les marques font leur show pour vous offrir des tapis qui répondent aux exigences de la sociétés actuelles. Aujourd’hui ce que l’on recherche avant tout dans un tapis c’est qu’il soit résistant, antidérapant, éco-friendly et confortable.





stefanie joyce blog la redac du yoga - s

Ca, c'est moi! Stefanie, yogini, globe trotteur, rédactrice web SEO et auteur de ce blog. 

Ce blog est le fruit de mes recherches et de mes observations après plus de 12 ans d'enseignements.

Besoin d'aide pour rédiger un contenu éditorial original et pertinent?

J'écris pour vous un contenu qui déchire!

Pour recevoir
toute mon actu

Merci pour votre envoi

  • LinkedIn Social Icône
  • Instagram